Frank Coronado est un photographe mexicain qui vit et travaille à Oaxaca au Mexique. En 1998, il a obtenu sa licence en design graphique à « Universidad Iberoamericana » de Puebla, au Mexique, où il se spécialise en photographie analogique et numérique.

Il a également étudié avec la photographe renommée Mary Ellen Mark, en 2012. A cette époque, il a commencé à travailler sur « Divino pretexto », un projet de photographie documentaire pour lequel il a visité différents villages près d’Oaxaca, et a montré les différentes façons de célébrer les fêtes catholiques selon leurs traditions en montrant la diversité culturelle de sa ville natale au monde.

Actuellement, il travaille sur différents projets. En 2015, il a initié un projet de paysages intervenus : « Usted no esta aquí » (« Vous n’êtes pas ici »). Pour ce projet, il a photographié des paysages évocateurs dans dix pays, dont le Mexique. Il a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives en Espagne, au Portugal, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, au Japon, au Pérou, en Colombie, aux Philippines, à Singapour et dans différents États mexicains.

Il a également collaboré avec des magazines tels que Vogue US, le Mexique et l’Amérique Latine et National Geographic Traveler.

Il présente « Oaxaca, Rhythmes et Croyances » à la galerie Umcebo du 19 mars au 19 avril 2019, décrivant les traditions et célébrations de sa ville, issues d’un mélange très particulier entre des racines préhispaniques et une foi catholique bien préservée.

Frank Coronado dépeint cette ambiance pittoresque avec une série percutante en noir et blanc. (Seules les scènes de veillées au cimetière sont en couleur, illuminées par l’éclat des nombreuses bougies). Un choix qui donne de l’intensité, mais aussi une certaine retenue à des scènes pourtant très colorées.
Cette relative gravité contraste avec l’agitation qui règne, car la cérémonie est tout sauf triste, et tous les bruits transparaissent à travers les images.
Des rythmes des musiques de fanfare aux crépitements des pétards, des mouvements cadencés par les cuivres aux tintement des clochettes d’apparat sur les costumes, tout évoque la fête et la gaieté, mais Coronado aime à brouiller les pistes par des cadrages surprenants.
De même, la singularité des certaines scènes en marges des parades, avec des personnages sortis de leur environnement festif ont un coté surréaliste.
Une attention particulière est à porter aux regards, parfois saisis au travers un masque ou sous un épais maquillage, toujours profonds, et qui semblent interroger le spectateur sur sa crédulité.

Frank Coronado a également participé en février 2018 à l’exposition collective « Setting space in Time » organisée par la Galerie Umcebo  en partenariat avec La Valise, avec la série: « Usted no esta aquí « – Vous n’êtes pas ici

Série: « Usted no esta aquí « – Vous n’êtes pas ici
En tant qu’êtres humains – strictement organiques et rationnels – nous pouvons ressentir assez rapidement les événements qui se produisent autour de nous. Certains d’entre nous font une pause pour regarder de plus près les détails et prêter attention à la relation qui nous lie à un lieu ou un moment pour en faire un souvenir émotionnel, assez fort, que nous garderons dans nos esprits et le prolongerons pendant longtemps.

Aujourd’hui, la plupart des gens ont tendance à représenter ces souvenirs à travers des photographies. J’ai eu l’idée de travailler avec un élément que nous pouvons facilement reconnaître et trouver très souvent en voyageant n’importe où : c’est le point rouge qui indique une position géographique sur une carte. Ce point rouge est la ressource qui relie mon intention de capturer ces moments qui, une fois que vous les remémorez, vous amènent à une série de souvenirs et d’émotions. C’est ainsi que ce projet a été créé, c’est un mélange de travail graphique et émotionnel avec des paysages interposés essayant de montrer comment nous donnons un sentiment d’appartenance aux lieux que nous visitons, et les gardons mentalement comme souvenirs. Même quand nous ne sommes plus là, nous les sentons comme si nous les possédions.

J’ai appelé ce projet : « Vous n’êtes pas ici, » comme un moyen de rappeler ces lieux avec une connexion sensorielle, physique et émotionnelle, il n’y a pas d’humain sur les images seulement le point rouge qui nous permet de nous souvenir d’un lieu seulement par sa valeur émotionnelle et non par les personnes qui y étaient présentes. Se souvenir du lieu pour ce qu’il est et pour ce qu’on y a vécu, est un instant très personnel.

« Vous n’êtes pas ici » est aussi une invitation à se connecter avec ces images pour déclencher les sensations et aider ainsi le spectateur a se souvenir de leurs propres émotions à travers les souvenirs qui eux mènent à des espaces appropriés et mentalement appréciés.

Frank CORONADO