Une exposition des créations du styliste sud-africain Thebe Magugu, photographiées par Aart Verrips, sur des épouvantails dans des étendues agricoles.
Cette exposition recueille des fonds pour le programme annuel de Dessine l’Espoir: «Uniformes et différences», consistant à distribuer des uniformes scolaires aux enfants défavorisés, en particulier des orphelins du Sida en Afrique australe.

THEBE MAGUGU
Originaire de Johannesburg en Afrique du Sud, Thebe Magugu, a créé sa marque éponyme 2 ans après être diplômé de son école de mode. Ses collections s’inspirent des silhouettes de femmes traditionnelles sud-africaines, femmes dont il admire la force et la détermination, et qui a inspiré le titre de l’exposition: “Figures of Fortitude”.
Thebe Magugu allie mode et activisme en faisant passer des messages politiques à travers ses créations, notamment en s’interrogeant sur la place de la femme dans la société sud-africaine
Laureat 2019 du prestigieux prix LVMH pour la jeune création, il souhaite développer sa maison de couture en maintenant son ancrage en Afrique du Sud.

AART VERRIPS
Basé à Johannesburg, ce jeune photographe Sud Africain a très vite attiré l’attention sur la scène de la mode sud-africaine, avec un style distinctif, associant audace, provocation et risque.
Sa créativité prête une attention particulière à l’esthétique et aux détails.
“J’aime la photographie de mode, car elle permet de créer un monde différent en une seule image, de rendre possible l’impossible” déclare-t-il.
Son travail éditorial a été publié dans GQ, Elle, Glamour, Marie Claire et Vogue Italia.
La “Hazard Gallery” lui a offert sa première exposition personnelle à Johannesburg en Février 2017.

FIGURES OF FORTITUDE
Avec cette série “Figures of Fortitude”, Thebe Magugu rend hommage à la force de la femme Sud Africaine. “Nous sommes constamment entourés de femmes, et à titre personnel, j’ai toujours admiré leur puissante capacité à posséder à la fois la Force et la Vulnérabilité, des traits de caractère auxquels je suis reconnaissant d’avoir été exposés, à travers les figures matriarcales qui m’ont élevé. Des femmes qui contribuent à élever positivement la condition humaine.

Cette série met en scène des épouvantails sculptés, constituant comme une nouvelle personnelle: une ode aux femmes. Dans certaines images, on peut voir un incendie qui fait rage. une culture brûlante que nous avons trouvée assez poétique. Certaines robes sont jolies, d’autres sont provocantes. Certains manteaux sont fonctionnels, d’autres sont déchirés en deux. Je voulais aussi créer un dialogue sur la manière dont la beauté opère sur un spectre très subjectif, qui n’a pas de bon ou de mauvais côté”.

UNE EXPOSITION PARTICIPANT AU FINANCEMENT DE L’OPÉRATION:
UNIFORMES & DIFFERENCES DE DESSINE L’ESPOIR

Dessine l’Espoir a lancé le projet Uniformes & Differences en 2011 au sein de 2 groupes de soutien composés de femmes séropositives en Afrique du Sud et au Swaziland, formés aux techniques de couture et équipés de machines à coudre industrielles.
Ce projet profite à la fois aux femmes , qui se voient confier l’activité génératrice de revenu de la couture des uniformes, et aux enfants défavorisés qui reçoivent ces uniformes:

Dessine l’Espoir identifie en effet avec le relais d’associations partenaires, les responsables d’établissement et acteurs sociaux, les enfants les plus vulnérables, orphelins de père ou de mère, dans chaque école.
Ces orphelins sont la plupart du temps accueillis par les proches des parents décédés. Ainsi les «familles élargies » se multiplient, et dans les milieux les plus défavorisés, ces enfants représentent une charge supplémentaire au dessus de leurs moyens.

Le système scolaire en Afrique australe est très coûteux pour les familles, qui doivent prendre en charge les frais de scolarité, les livres, et l’uniforme scolaire qui est obligatoire. Ces enfants portent donc souvent des uniformes d’occasion ayant été beaucoup portés par les ainés, et maintes fois rapiécés, des chaussures complètement dégradées, pour ceux qui ne sont pas réduits à marcher pieds nus.

Cet uniforme, qui est censé supprimer les différences sociales entre les enfants, a donc un effet inverse. Ces enfants se retrouvent rejetés par les autres à cause de leur apparence, à un âge où les enfants sont très durs entre eux. Avec ce projet, ils retrouvent fierté et envie de réussir.

Cliquez ici pour télécharger le dossier de presse


UNE EXPOSITION FORTE DE SENS

Cette série de photographies, qui seront exposées à l’occasion de la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida et jusqu’à la fin décembre, illustrent les actions de l’association Dessine l’Espoir à plusieurs titres … entre couture et culture:

  • Les prises de vues sur des terres agricoles illustrent les projets d’agriculture durable développés par l’ONG pour les patients séropositifs en Afrique australe.
  • Les créations poétiques et élégantes de Thebe Magugu, photographiées par Aart Verrips, contribuent au financement du projet de couture impliquant directement des femmes africaines. L’attention portée par le créateur africain dont elles admirent les créations,  est une fierté pour ces femmes impliquées elles aussi dans une activité de couture.
  • Figures of Fortitude, le nom de cette série photographique mettant en scène les créations de Thebe Magugu sur ces corps de paille, illustre la force et la fragilité de la femme africaine, un parallèle fort avec les bénéficiaires du projet de l’association: des femmes séropositives qui ont su se reconstruire et s’impliquer dans un projet social qui soutient leurs enfants. 
  • Enfin, Thebe Magugu rejoint la longue liste des 80 créateurs de mode internationaux qui ont soutenu Dessine l’Espoir depuis 2003.

    Sensible à cette problématique, le designer soutient personnellement les enfants de sa ville natale de Kimberley. Un quart des fonds recueillis par Dessine l’Espoir reviendront ainsi aux enfants de sa communauté.

FAIRE UN DON EN LIGNE

Retrouvez le fundraising de “UNIFORMES ET DIFFERENCES” sur le site de Hello Asso en suivant le lien suivant: